Nouvelles opportunités et nouveaux outils pour découvrir et partager son histoire locale


Compte rendu de la conférence donnée le 16 octobre 2019 par Vincent Wagman


La révolution numérique et la modernisation des pratiques d’éducation permanente ont incité une équipe d’historiens placés sous la direction de Vincent Wagman à proposer un nouveau guide d’histoire locale pratique dans lequel les passionnés trouveront une boîte à outils modernisée et une foule d’informations à destination des Cercles d’histoire.

I. Histoire locale et grande histoire – enrichissement mutuel

Pour faire interagir un fait d’histoire locale avec la « grande histoire », il faut d’abord rassembler deux types d’information

  • sur le fait que vous souhaitez traiter
  • sur le contexte général plus large dans lequel ce fait s’inscrit

La confrontation des deux types conduira à trois cas de figure

  • soit le fait d’histoire locale est identique à un plus large contexte
  • soit ce fait est unique
  • soit les éléments de contexte indiquent ce qu’on peut trouver à propos du fait mais n’apparaissent pas dans ce que vous avez pu trouver Dans ce cas, la seule issue est de proposer une hypothèse par analogie

Pour expliquer cette méthode de contextualisation, l’historien s’est appuyé sur trois exemples : la peste noire à Chimay en 1348 ( ?), le circuit automobile de Chimay (Entre deux-guerres), la libération de Couvin en 1944.

II. La dynamique des cercles d’histoire locale au cœur de la vie locale

Réaliser un dictionnaire d’histoire locale

  1. Première tâche : choisir le format de votre dictionnaire en fonction des publics et des
    ressources nécessaires à sa confection (soit un livre imprimé, soit un classeur avec
    fiches, soit une présentation on-line avec liste de notices) Les publics : les habitants, les acteurs culturels, les associations, les écoles, les opérateurs touristiques, etc.
  2. Seconde tâche : délimiter le contenu à couvrir – Par l’aire territoriale – Par les types d’entrées (ex : personnages, lieux, événements).
  3. Troisième tâche : définir un code rédactionnel (ex : abréviations, convention unique, mode de référence etc.)
  4. Établir la liste des notices (travail collectif de repérage).
    • — Repérer les informations directement disponibles (productions du cercle, publications de type « dictionnaires » ou « encyclopédies », archives…
    • — Repérer de nouvelles sources ou monographies (cartes postales, anciennes cartes, anciens plans, premiers guides touristiques, presse en ligne et portails d’archives illustrées, etc.)
  5. Déterminer la table de matières.
  6. Finalisation :
    • — Mise en œuvre rédactionnelle (partage des tâches entre auteurs) ;
    • — relecture et vérification ;
    • — mise au format.

III. Ancrer l’histoire locale dans le quotidien des habitants avec l’odonymie (= manière de nommer les noms des rues)

  • Anciens critères d’appellation Proximité pratique (ex : rue du Pont), aspect honorifique (Place du Prince), personnalité emblématique et figures nationales.
  • Aujourd’hui, il faut répondre aux nécessités pratiques (courrier, colis, taxis, GPS, touristes …) Du point de vue des historiens locaux, la nécessité de nommer de nouvelles rues offre l’occasion d’ancrer le passé local dans le quotidien de la population en évitant des choix impersonnels ou sans saveur locale.
  • Qui décide ? Les conseils communaux après un avis favorable de la Commission royale de Toponymie.
  • Bien distinguer les dénominations de voie : allée, avenue, boulevard, chemin, cours, impasse, passage, place, quai, route, rue, ruelle, square, drève.

IV. Divers autres sujets abordés figurant dans le nouveau guide

  • Comment utiliser la presse en ligne pour faire de l’histoire locale ?
  • Comment retrouver les traces médiévales (voir cas d’Aublain) ?
  • Comment retrouver une histoire locale qui s’est expatriée ? Il s’agit des enquêtes patronymiques et toponymiques (exemples : à New York, il existe une impasse de Chimay et au Canada, une rue de Chimay et une de Couvin). Ce sont des traces évidentes d’émigration.
  • Comment retrouver le pilote de la R.A.F. tombé près de chez nous ?

Ce texte a été rédigé sur base de notes prises lors de la Conférence et d’éléments extraits du « Nouveau guide de l’histoire locale » sous la direction de Vincent Wagman.
Pour plus de renseignements
: www.projet-histoire.com

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *